Les folles enquêtes de Magritte et Georgette – Nadine MONFILS

Je n’avais jamais lu de romans de Nadine Monfils auparavant. C’est une autrice qui touche à tout, au théâtre, au cinéma, à la réalisation, et aux romans emprunts d’une identité propre. Sous sa plume ont donc été créés des personnages tels que Mémé Cornemuse, le commissaire Léon ou encore Elvis Cadillac. Je ne connais pas tout cela. Mais la couverture était sympa, et mettre le grand peintre surréaliste au cœur d’une enquête de police a quelque chose de subversif.

Voici mon avis sur Les folles enquêtes de Magritte et Georgette, nom d’une pipe !, de Nadine Monfils.

Résumé de l’éditeur

La nouvelle pépite du cosy mystery dénichée par La Bête noire : Les Folles enquêtes de Magritte et Georgette. Une série d’enquêtes inédites menées par le peintre René Magritte et sa femme, Georgette.
C’était au temps où Bruxelles bruxellait…

À l’arrêt du tram, le célèbre peintre René Magritte, chapeau boule, costume sombre et pipe au bec, a une vision étrange : une jeune femme en robe fleurie, debout à côté de son corps ! Il en parle à Georgette, son épouse, et immortalise la scène dans un tableau. Quelques jours plus tard, cette femme est retrouvée assassinée, avec une lettre d’amour parfumée dans son sac et un bouquet de lilas sous sa robe.

Mon avis

Son nouveau personnage est donc René Magritte, grand artiste belge, qui mène des enquêtes avec sa femme Georgette et leur chien, un loulou de Poméranie prénommé Loulou. Il fallait s’y attendre avec un personnage principal comme Magritte : ce roman est loufoque à souhait !

Nadine Monfils s’est basée sur des anecdotes réelles, pour construire une intrigue qui tourne autour du peintre belge. On y découvre ses habitudes de peinture, ses plats préférés, ses manies,… On dirait presque une biographie ! René Magritte se charge donc d’élucider une série de meurtres avec l’aide éclairée de sa femme Georgette. Ça sent les frites, ça sent la Belgique, Bruxelles, ça sent la peinture, ça respire Brel… On sent bien que l’autrice aime beaucoup ces deux artistes.

Quant à l’intrigue en elle-même, c’est un whodunnit classique, avec un peu d’humour et de la loufoquerie. C’est à mon sens un roman dans la même veine que les Agatha Raisin ou les détectives du Yorkshire : divertissant mais qui ne laisse pas un souvenir impérissable dès le livre refermé. C’est un livre à lire au coin du feu, avec une tasse de thé, un tableau de Magritte en face de soi.

C’est peut-être parce que je ne suis pas habituée aux romans de Nadine Monfils, quoiqu’il en soit j’ai bien aimé mais sans plus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :