Tu tueras le père – Sandrone DAZIERI

20190318_105958

Petit voyage en Italie avec ce thriller écrit par Sandrone Dazieri. Ce pavé de 724 pages nous plonge dans une course contre la montre à la recherche d’un fantôme du passé. Un livre que j’ai beaucoup apprécié : Tu tueras le père de Sanrone Dazieri.

Résumé de l’éditeur

Le père est là, dehors, quelque part. La cage est désormais aussi vaste que le monde, mais Dante est toujours son prisonnier.
Non loin de Rome, un homme affolé tente d’arrêter les voitures. Son fils de huit ans a disparu et le corps de sa femme gît, décapité, au fond d’une clairière.
Le commissaire Colomba Caselli ne croit pas à l’hypothèse du drame familial et fait appel à un expert en disparitions de personnes : Dante Torre. Kidnappé enfant, il a grandi enfermé dans un silo à grains avant de parvenir à s’échapper. Pendant des années, son seul contact avec l’extérieur a été son mystérieux geôlier, qu’il appelle « le Père ».
Colomba va confronter Dante à son pire cauchemar : dans cette affaire, il reconnaît la signature de ce Père jamais identifié, jamais arrêté…

Enquête sur le passé

On se retrouve donc en Italie, aux côtés de Colomba Caselli, flic en arrêt maladie depuis un fiasco dans une enquête précédente, et de Dante Torre, homme tourmenté au passé difficile. Ces deux là font bien la paire : Colomba apporte à Dante une sorte d’équilibre et le rassure dans toutes ses névroses (et elles sont nombreuses !) ; quant à Dante, il permet à Colomba de sortir des sentiers battus, de prendre du recul par rapport à ses convictions et ses croyances.

Petit à petit ils vont être marginalisés et vont devoir mener leur propre enquête en parallèle de celle officielle des policiers. Ce qui va les obliger à entreprendre une course folle pour essayer d’avoir de l’avance sur la police.

Dante est un personnage compliqué, complexe, magnifiquement bien construit par Sandrone Dazieri. Il a beaucoup de névroses comme je l’ai dit plus haut (asocial, claustrophobe, agoraphobe, il souffre de syllogomanie, boit 50 litres de café luxueux par jour, fume comme un pompier…), et il peut sembler complétement fou, mais il a une certaine logique qui arrive à entraîner Colomba dans ses « délires ».

Ce livre nous parle des fantômes du passé, et pose la question : comment se construire en tant qu’adulte lorsque les repères de l’enfance sont chamboulés, voire annulés ? Comment réussir à se construire, à se former quand sa propre identité est remise en question ? Toutes ces questions, on se les pose en lisant l’histoire de Dante. On peut même se demander pourquoi veut-il retrouver ce Père qui l’a enlevé enfant ? Pour le condamner ou bien retourner sous son aile, comme s’il souffrait du syndrome de Stockholm ?

En un mot

Un très bon livre rythmé, dont les pages se tournent avec appétit et impatience. Pas un coup de cœur toutefois, parce que quelques grosses ficelles franchement pas originales, et un suspect qui est deviné bien avant la fin.


Note :

5 stars

Un commentaire sur “Tu tueras le père – Sandrone DAZIERI

  1. Ping : Bilan lecture #3 – La Papivore

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :