L’affaire Codréanis – François KERESTEDJIAN

Je remercie Lucile, aka loeildelucioledansleslivres, pour cette jolie découverte ! Un livre qui m’a attirée par sa quatrième de couverture, et que j’ai beaucoup apprécié, malgré la complexité de l’intrigue et la longueur de l’histoire… Oui ce livre est assez long à lire, et on se triture un peu les méninges en le lisant ! Mais il en valait le coup. Voici mon avis sur L’affaire Codréanis, de François Kerestedjian.

Résumé de l’éditeur

Ce roman à tiroirs finement ficelé est inspiré d’une affaire retentissante des années 1970, celle de Christian Ranucci – l’un des derniers condamnés à mort en France. François Kerestedjian utilise les parts d’ombre de l’enquête pour les développer, les entrelacer et, ainsi, aboutir à une œuvre de fiction au fond historique captivant, pour emporter le lecteur dans une action tourbillonnante, jusqu’à son dénouement inattendu.

Dans la salle d’attente de l’une des plus grandes maisons d’édition parisiennes, un homme attend son tour. Entre ses mains, un manuscrit. Ce n’est ni un virtuose de la plume, ni le nouveau Proust ou bien même le nouveau Guillaume Musso. Pourtant, il sait que son manuscrit ne terminera pas sur la pile des rejetés. Entre ses doigts, ce n’est pas un chef d’oeuvre de la littérature française qu’il tient, mais une véritable bombe.

Monsieur Ker n’est pas écrivain, mais notaire. Tout a basculé le jour où il s’est trouvé en charge d’un dossier de succession un peu particulier, celui du gendarme aixois Serge Avedi. En suivant le fil des différents éléments légués par ce dernier à son fils, Ker remonte le temps jusqu’aux années 1970 et à l’affaire Codréanis, se trouvant ainsi embarqué dans une dangereuse quête de vérité.

Entre manipulations, mensonges et dissimulation de preuves, qui est le véritable témoin de l’histoire, qui ment, qui savait et n’a rien dit, qui a vu et peut dire ce qui s’est réellement passé ?

Mon avis

C’est un livre drôle que j’ai eu entre les mains ! La plume de l’auteur est truculente genre Audiard dans les Tontons flingueurs, donc beaucoup de gros mots et d’argot, pour mon plus grand plaisir.

Par contre, il faut s’accrocher pour comprendre parce que c’est un roman à tiroirs. Il y a donc trois moments de narration imbriqués les uns dans les autres ; on s’en sort quand même grâce à la mise en page puisque chaque moment de narration a une police de caractères différentes. Mais quand vient la solution de l’intrigue, on peut se sentir perdu…

Évidemment, toute similarité avec l’affaire Ranucci, dite du « pull over rouge », est volontaire, sauf que Ranucci devient Codréanis, que la victime n’est pas une petite fille mais un petit garçon et que le pull over rouge devient…. un K-way vert ! Pour moi qui aime les faits divers et qui a toujours été passionnée par cette affaire, les parallèles sont irrésistibles.

En un mot

Accrochez vous pour cette lecture, et attendez vous à être manipulé du début à la fin. L’histoire est un écheveau difficile à démêler, et lorsque vous aurez fini le livre, vous vous direz « punaise, il m’a bien eu(e) ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :