La maison de poupée – M. J. ARLIDGE

Je continue doucement mon petit bonhomme de chemin dans la saga Helen Grace avec ce troisième opus (saga qui compte pas moins de 9 livres !). Helen Grace, cette flic dure à cuire, qui suit son instinct infaillible, et suscite soit de l’adoration, soit de la jalousie. En tout cas elle ne laisse pas indifférent.

Voici mon avis sur La maison de poupée, de M. J. Arlidge.

Résumé de l’éditeur

Une jeune femme se réveille, désorientée. Elle n’est pas dans son lit mais dans une cave. Prisonnière d’un simulacre de chambre. La panique monte. Comment a-t-elle atterri là ?Pourquoi ?

Non loin de là, des promeneurs font une découverte macabre : le corps décomposé d’une femme. Sa disparition n’a jamais été signalée : sa famille recevait régulièrement de ses nouvelles via les réseaux sociaux et n’avait donc aucune raison de s’inquiéter. Quel assassin peut être assez pervers pour jouer ainsi avec les proches de ses victimes ?

La détective Helen Grace se lance sur la piste de ce meurtrier redoutable. Un prédateur vicieux et intelligent qui ne recule devant rien. Mais elle doit faire vite. Quelque part, une femme lutte pour sa survie…

Mon avis

C’est un très bon thriller, difficile à lâcher. J’ai pourtant mis une dizaine de jours pour le lire, la faute à une grande fatigue et une baisse de motivation générale. Et cela ne passera pas pour les 3 prochains mois !

Helen Grace est un personnage attachant, une flic têtue qui fait confiance à son instinct. C’est toujours très intéressant de pouvoir suivre l’évolution d’un personnage sur plusieurs bouquins, on le voit alors s’affiner, on en apprend plus sur son passé, et on comprend alors les choix que le personnage fait. Si je trouve Helen Grace de plus en plus attachante, le personnage que j’ai détesté dans ce roman est sa cheffe, Ceri Harwood, qui fait tout pour lui pourrir la vie. Par jalousie ?

Revenons en à l’intrigue. Même si elle ne révolutionne pas le genre, elle n’en reste pas moins intéressante : un tueur en série qui kidnappe et séquestre ses victimes dans une chambre en papier mâché, et continue d’alimenter les réseaux sociaux de ses victimes, de sorte que personne ne se rend compte de leur disparition. L’angoisse !! Quel est son but ? Pourquoi tue-t-il toujours le même type de jeune femme ? Helen Grace va-t-elle le démasquer ?

Les chapitres courts qui s’enchaînent vite et l’alternance de points de vue apporte un rythme appréciable, voilà pourquoi il est difficile de lâcher le bouquin. Je conseille tout de même d’avoir lu les tomes précédents pour bien comprendre de quoi parlent certains personnages, sinon on ne saisit pas toutes les références.

En bref, c’est un très bon thriller qui ne révolutionne pas le genre, reste un tantinet prévisible mais est captivant. J’ai hâte de lire la prochaine aventure d’Helen Grace, Au feu, les pompiers.

Un commentaire sur “La maison de poupée – M. J. ARLIDGE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :