Le Gibier – Nicolas LEBEL

Ce roman a été sélectionné pour le mois de septembre de La ligue du polar. Pour venir voir en quoi ce bookclub consiste, rendez-vous sur Instagram sur la page @laliguedupolar.

J’avais lu il y a quelques années un roman de Nicolas Lebel, L’Heure des fous, le premier tome de la série Capitaine Mehrlicht, et dans mes souvenirs j’avais beaucoup aimé. Ici, Nicolas Lebel nous propose une nouvelle saga centrée sur une flic d’origine asiatique et qui a une personnalité assez spéciale.

Voici mon avis sur Le Gibier, de Nicolas Lebel.

Résumé de l’éditeur

Trente ans après la chute de l’apartheid, les Furies, déesses du châtiment, viennent à Paris initier leur danse macabre. Qui sont-elles venues venger ?
La journée du commissaire Paul Starski commence assez mal : son épouse demande le divorce, son chien adoré est mourant et une prise d’otages l’attend dans un appartement parisien. L’âme morose, il se rend sur place avec sa coéquipière, la glaciale et pragmatique Yvonne Chen, et découvre les corps d’un flic à la dérive et d’un homme d’affaires sud-africain. Tous les indices accusent Chloé de Talense, une brillante biologiste. Starski n’ose y croire : Chloé était son grand amour de jeunesse. Afin de prouver son innocence, le commissaire prend l’enquête à bras le corps – et certainement trop à cœur –, tandis que les meurtres se multiplient. Car l’étau se resserre autour de la biologiste qui semble être le gibier d’une chasse à courre sanglante lancée à travers la capitale. Starski prend peu à peu conscience que rien n’arrêtera les tueurs. Pire, qu’à fureter au-delà des évidences, il vient peut-être lui-même d’entrer dans la Danse des Furies…

Mon avis

Nicolas Lebel m’a prise au dépourvu concernant le nouveau personnage de cette série. Je ne m’attendais pas du tout à ce que ce soit Yvonne Chen, cette flic totalement froide, dépourvue d’émotions, qui a pour chef le commissaire Starski.

Ils sont tous les deux embarqués dans une histoire ahurissante, qui ne leur laisse même pas le temps de souffler. Le lecteur non plus ne voit pas le temps passer tant cette intrigue est dynamique, comme une chasse à courre. Chaque chapitre est une phase de chasse, et c’est limite stressant de voir que le « gibier » est de plus en plus acculé, et court vers une fin inéluctable. Je ne peux pas en dire plus sur l’intrigue, à vous de découvrir cette chasse peu ordinaire.

Nicolas Lebel a brillamment écrit ce roman, a leurré ses lecteurs du début à la fin. Pas le temps de s’ennuyer, le duo de flics qui mène l’enquête est embarqué dans une chasse à l’homme très spéciale. J’ai adoré le personnage d’Yvonne Chen : elle est directe, franche, ne possède pas de filtre, et les rapports humains c’est pas vraiment son truc. Étonnamment c’est elle le personnage pivot de la nouvelle saga de Nicolas Lebel, et j’en suis ravie.

C’est un roman très prenant que j’ai pu lire, une lecture que j’ai énormément appréciée. L’intrigue est retorse, j’ai découvert que la chasse à courre (je déteste la chasse, je vomis et je chie sur cette activité, encore plus sur la chasse à courre) était très codifiée et suivait plusieurs étapes bien précises pour pouvoir encercler et tuer l’animal visé. Imaginez que cet animal soit humain….

Un roman réussi qui m’a donné l’envie féroce de lire le deuxième tome, la Capture. Tout un programme !

4 commentaires sur “Le Gibier – Nicolas LEBEL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :