SK#2 : The Green River Killer – Stéphane BOURGOIN

C’est donc le deuxième livre de la collection Serial Killer de chez French Pulp, écrit par Stéphane Bourgoin, que j’ai reçu de leur part. Le premier était SK#1 : Docteur Holmes dont vous pouvez retrouver la chronique ici SK#1 : Docteur Holmes – Stéphane BOURGOIN. Ce deuxième opus s’intitule SK2 : The Green River Killer.

Résumé de l’éditeur

Gary Ridgway est né le 18 février 1949 à Salt Lake City dans l’Utah. Le mode opératoire de Gary Ridgway consistait à avoir des relations sexuelles avec ses victimes, les étrangler, et jeter leurs cadavres dans la forêt ou bien dans la Green River. Il aurait assassiné entre 49 et 90 personnes, dans l’État de Washington. Ses premiers crimes remontent à 1982, et très vite la presse lui attribue le surnom de « tueur de la Green River », du nom de la rivière dans laquelle il jette ses cinq premières victimes. Cependant, il n’a été démasqué qu’en novembre 2001, grâce à l’analyse de traces ADN…

Obsession : les prostituées

Ici, le sujet est donc Gary Ridgway, tueur en série qui a commis ses crimes aux États-Unis dans les années 80, et a été arrêté en 2001. Il a été condamné pour l’assassinat de 48 femmes, bien qu’il en ait reconnu 71 mais dont les corps n’ont soit pas été retrouvés, soit pas identifiés.

Gary Ridgway est né en 1949, et très vite il a tous les symptômes typiques des tueurs en série : énurésie jusqu’à 13 ans, une mère castratrice, il allume des incendies, vole à l’étalage, étrangle des chats… A 15 ans, il poignarde un enfant de 6 ans juste pour savoir ce que ça faisait de tuer.

Le livre comporte un chapitre très intéressant sur les statistiques des serial killers : les femmes représentent 70% des 1398 victimes connues des tueurs en série américains depuis 1985. Par comparaison, les femmes ne constituent que 22% des victimes du nombre total des homicides. Et plus de 35% des prostituées victimes d’homicides sont assassinées par des tueurs en série entre 1982 et 2000. C’est effrayant. Une explication est que les prostituées sont des victimes « faciles », elles ne manquent à personne lorsqu’elles disparaissent, et les enquêteurs ne sont pas vraiment intéressés par ces disparitions-là… Affligeant.

Et donc notre pote Gary a reconnu en avoir tué 48 même si le chiffre est plus élevé en réalité. Alors pourquoi a-t-il fait cela ? Sa motivation est sexuelle, mais surtout il voue une haine aux prostituées : payer pour coucher, pour lui c’est sale j’imagine. Pourtant il est un consommateur très régulier et à hautes doses de prostitution. Et pourquoi ce surnom ? Parce qu’il se débarrassait des cadavres dans la rivière Green River.

Mon avis

Encore une preuve du travail précis de recherche de Stéphane Bourgoin. Il y décrit parfaitement le manque de remords de Gary Ridgway qui a le toupet de dire à la police qu’il rend service à tout le monde, et plus précisément à la police, en tuant des prostituées. Charmant n’est-ce pas ?Ce livre déconstruit également les idées reçues et mythes sur les tueurs en série dans un chapitre captivant. C’est un très bon livre si le sujet vous intéresse, évidemment. 

 

 

Un commentaire sur “SK#2 : The Green River Killer – Stéphane BOURGOIN

  1. Ping : Bilan #5 | La Papivore

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :