Sa Majesté des ombres – Ghislain GILBERTI

Mon premier VRAI Gilberti. J’avais déjà fait un essai avec Dernière sortie pour Wonderland, mais je n’avais pas accroché. Je retenterai surement ma chance une autre fois. Mais celui-ci, après avoir vu tant d’avis dithyrambiques dessus, j’ai voulu le lire. Et ma foi, j’ai vu, j’ai lu, j’ai vaincu. Voici mon avis sur Sa Majesté des ombres, de Ghislain Gilberti.

Résumé de l’éditeur

Un cartel d’un nouveau genre, invisible et sans pitié.

Une drogue d’une pureté inédite.

Un réseau de dealers sous pression, déployé à travers l’Europe et coupé de la tête de l’organisation.

Un signe commun aux membres du cartel : Ecce Lex, tatoué sur le poignet. Quand des dealers sont capturés, ils se révèlent incapables de livrer le moindre indice sur leur commanditaire… Quand leurs cadavres ne servent pas déjà de bornes kilométriques.

Une légende de la police judiciaire aux dons de mentaliste, Cécile Sanchez, fait face à des tueries aux modes opératoires sans précédent.

Est-il possible de mettre des ombres en cage ? Dans quel enfer devra-t-elle descendre pour faire face au mal absolu ?

Bienvenue dans le Réseau Fantôme.

Entre Braquo et Breaking Bad, Sa Majesté des Ombres ouvre magistralement la nouvelle épopée du thriller hexagonal.

Attention, ça décoiffe

Ce livre est l’occasion pour moi de créer la rubrique « Ça décoiffe« . Oui parce que c’est le premier mot que j’ai eu à l’esprit en fermant le livre il y a moins d’une heure. Je ne m’en suis pas encore remise !

C’est le premier tome de la trilogie des Ombres. 740 pages le bordel… J’étais un chouilla découragée au début mais une fois prise dedans, je n’ai pas pu le lâcher. Et même si c’est un pavé, il est découpé en 4 parties, ce qui laisse un peu le lecteur reprendre son souffle. Et il y en a besoin, parce que comme je l’ai dit, ça décoiffe. La première partie intitulée Genèse n’a, de prime abord, rien à voir avec les deux parties centrales. C’est même assez déroutant. Mais tout est lié en réalité.

La commissaire Cécile Sanchez est un personnage que j’ai A-DO-RÉ ; moitié psy, moitié mentaliste mais totalement flic, c’est une nana qui a des corones, beaucoup plus que les flics véreux à qui elle a à faire. Quant au gang sur lequel elle enquête, c’est une belle bande de malades prêts à tout pour faire durer leur main mise sur le marché des drogues dures. Avec une technique imparable, celle de l’hydre de Lerne : tu coupes une tête, deux autres repoussent. Ils ne font pas dans la dentelle, vous êtes prévenus !

En un mot

Je ne sais pas quoi vous dire de plus, à part vous partager mon enthousiasme après cette lecture palpitante. L’écriture de Ghislain Gilberti est d’une efficacité incomparable, je me suis laissée embarquer par sa plume précise : il m’a prise par le bras et je me suis laissée faire. Je n’ai eu qu’à suivre le mouvement. Et j’ai kiffé ! Mais en refermant le livre, plusieurs questions me taraudent ; leurs réponses seront certainement dans le deuxième tome, les Anges de Babylone, qu’il faut absolument que je me procure !

4 commentaires sur “Sa Majesté des ombres – Ghislain GILBERTI

  1. Ping : Bilan lecture #9 | La Papivore

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :