Qui gagne s’y perd – Christophe PONSART

C’est notre ami Christophe du compte Insta @chrispleack qui m’a gentiment envoyé son premier roman, un thriller psychologique. Je suis toujours ébahie devant le courage et l’imagination des écrivains en herbe lorsqu’ils écrivent leur premier roman. Personnellement, c’est une idée qui me taraude depuis mon adolescence, écrire un livre, mais j’ai trop peur de ne pas avoir l’imagination pour. Bref, voici mon avis sur Qui gagne s’y perd, de Christophe Ponsart.

Résumé

Le livre étant un fichier PDF, il n’y a pas de résumé à ma connaissance. Je vais donc essayer de le résumer pour vous.

Jeanne est une jeune femme qui vit seule dans son appartement depuis que son compagnon, Mathieu, l’a quittée. Cette jeune montpelliéraine a subi un traumatisme dans son enfance qui l’a marquée, la rendant craintive et au relationnel difficile. Un jour, elle découvre le cadavre de sa chienne éviscéré, chez elle. L’enquête qui commence alors va flirter avec la folie et la paranoïa lorsque deux jeunes femmes sont tuées selon le même procédé que la chienne de Jeanne. Pire encore, c’est clairement cette dernière qui est visée.

L’enquête est menée par Damien Dutvi, un flic qui a besoin de faire ses preuves, pressé par sa hiérarchie pour obtenir des résultats. Il va être le seul à croire Jeanne lorsqu’elle va lui faire part de ses angoisses. Il va également être le premier à deviner que les meurtres sont liés.

Jeanne, malheureuse victime

Le sort s’acharne sur cette pauvre jeune femme. On se demande ce qu’elle a fait pour mériter tout ça. Victime d’un père incestueux, victime de la perte de son bébé, et cible d’un tueur cruel et sans reproche… Voilà en gros ce que Christophe Ponsart lui inflige. Mais l’auteur s’est encore plus « amusé » avec les descriptions des crimes horribles perpétrés par le tueur. Ses victimes : des femmes enceintes. Son mode opératoire : l’éviscération. Oui, vous avez bien lu. J’ai eu quelques sueurs froides à la lecture des actes barbares, car en bonne maman que je suis, dès que ça touche à des enfants, ça me brise le cœur.

Évidemment, on comprend que Jeanne soit quelque peu parano, et soit sans cesse en équilibre entre saine d’esprit et complètement cinglée. A tort ou à raison, à vous de juger en lisant ce livre.

Concernant la forme, les chapitres défilent rapidement, ce qui donne un rythme soutenu et appréciable. Autre point non négligeable : l’alternance entre les chapitres racontés à la troisième personne, donc classiques, et ceux racontés par le tueur lui-même. C’est très intéressant puisqu’il va même jusqu’à s’adresser directement au lecteur, nous prenant ainsi comme témoin de sa barbarie. Cela permet donc au lecteur d’être impliqué dans la lecture. Intelligent comme procédé !

En un mot

J’ai passé un bon moment de lecture. Le fait que les chapitres se suivent rapidement m’ont permis d’être happée par l’histoire qui, même si elle n’est pas vraiment originale (tous les ingrédients du thriller psychologique sont réunis), a le mérite de proposer une expérience intéressante. J’ai déploré quelques fautes d’orthographe qui ont achoppé ma lecture, mais dans l’ensemble, et pour un premier roman, le pari est gagné.

2 commentaires sur “Qui gagne s’y perd – Christophe PONSART

  1. Merci de ton magnifique retour, Morgane ! Vraiment !
    Et pour les fautes, je ne suis pas expert, je le vois 😁. Une gentille lectrice s’occupe de ça pour moi en ce moment (en le lisant). Ce sera donc de l’histoire presque ancienne… Jusqu’au prochain 😲

    J'aime

  2. Ping : #PartageTaVeille | 03/10/2019 – Les miscellanées d'Usva

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :