Le mangeur d’âmes – Alexis LAIPSKER

Un immense merci à Michel Lafon et surtout à Alexis Laipsker pour l’envoi de ce livre ; j’ai même eu l’honneur d’une dédicace personnalisée ! J’ai découvert Alexis Laipsker avec son premier roman, …Et avec votre esprit, que j’avais adoré (chronique manquante, désolée !), et il m’a permis de pouvoir lire son nouveau roman.

Voici mon avis sur Le mangeur d’âmes, d’Alexis Laipsker.

Résumé de l’éditeur

« Il n’a pas crié. Ils ne crient jamais. »
Certains secrets, pourtant bien gardés, s’avèrent parfois trop lourds à porter…
Quand des disparitions d’enfants et des meurtres sanglants se multiplient dans un petit village de montagne sans histoire, une vieille légende nimbée de soufre ressurgit… Diligentés par leurs services respectifs, le commandant Guardiano et le capitaine de gendarmerie De Rolan sont contraints d’unir leurs forces pour découvrir la vérité.

Mon avis

Premier meurtre : dans une ferme isolée, un couple s’est entretué avec une rage et une violence encore jamais vues. La pièce dans laquelle ils sont retrouvés est maculée de sang, du sol au plafond. Pourquoi ? Comment ? L’enquête menée par le commandant Guardiano et le gendarme Franck De Rolan ne fait que commencer ; elle va en effet les mener sur d’autres scènes de crime tout aussi étranges. Chacun enquête sur une chose différente : elle (le commandant Guardiano) est là pour enquêter sur cette série de meurtres sordides, alors que lui (Franck De Rolan) est à la recherche d’enfants disparus. Mais leurs investigations vont se rejoindre de manière étonnante.

Au fil des pages ça part un peu dans tous les sens. C’est même assez déroutant parce que ça parle mysticisme, sorcellerie, et je me suis dit à un moment « euh… okaayyy, on va où là ?! » Et en fait, Alexis Laipsker retombe sur ses pattes de façon magnifique. C’est comme si on avait emprunté un chemin qui d’un coup devenait sombre, tortueux et sans issue, un chemin qui n’inspire pas confiance ; et puis d’un coup Alexis Laipsker nous prend par la main et nous attire vers un petit sentier qu’on n’avait pas vu, sur le côté, un chemin carrément plus lumineux et bien tracé. C’est très bien écrit, très bien construit, tout se tient, et c’est brillant !

La toile de fond, la pédophilie, est toujours un sujet délicat, révoltant et source d’émotions fortes mais c’est au service d’une intrigue extrêmement bien maîtrisée, très prenante, servie par la plume efficace d’Alexis Laipsker. Une vraie réussite !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :