EGO, libère-moi – Maxime GIRARDEAU

En 2020, en plein confinement, j’ai lu Persona, le premier roman de Maxime Girardeau. J’ai oublié d’en faire la chronique à l’époque, mais je me rappelle que je n’avais pas du tout adhéré. C’était une lecture commune avec Céline (aka @point.a.la.ligne) et Myriam (aka @mouffette_masquee), et on avait eu toutes les trois le même ressenti, on était passées à côté de ce roman. Mais lorsque j’ai vu que l’auteur sortait son deuxième roman, j’avais envie de lui laisser une chance, de NOUS laisser une chance.

Voici mon avis sur EGO, de Maxime Girardeau.

Résumé de l’éditeur

Dans les décombres d’un violent carambolage en plein Paris, la police découvre des morceaux de corps affreusement mutilés. Contrairement à ses collègues, la capitaine Laurence Milhau, chargée de leur identification, doute que ces morts soient liées à un règlement de comptes.
Soupçons que confirment l’appel de son ancien patron. Après des mois de silence, le commissaire Franck Somerset refait surface pour lui demander un service : identifier officieusement un jeune inconnu mêlé à la disparition suspecte du fondateur d’une startup nommée EGO. Pourquoi tant de mystère ? Pourrait-il s’agir des cadavres retrouvés dans l’accident ?
Pour la capitaine Milhau et le commissaire Somerset, c’est une étrange affaire qui s’annonce, faite de manipulation et de mensonges, de propagande et de vérités alternatives, qui les mettront sur la piste d’une invention tout aussi extraordinaire que dangereuse si elle tombe entre de mauvaises mains…

Mon avis

Pour le coup, Maxime Girardeau m’a fait plaisir : son roman m’a semblé bien plus abouti que le premier. Là où j’avais trouvé que certains passages étaient hors sujet, d’autres que j’avais survolés, ici l’intrigue est prenante de bout en bout. Le livre est composé de plusieurs parties, alterne les points de vue, ce qui donne une dynamique à l’ensemble, on ne s’ennuie pas. Si au début on ne comprend pas bien la chronologie des événements, l’explication intervient plus tard dans le livre , il n’y a qu’à se laisser guider.

EGO, c’est un programme, un algorithme qui se nourrit de notre présence sur Internet et les réseaux sociaux. Au fil des pages on se rend compte que c’est une arme redoutable que tout le monde convoite : imaginez pouvoir influencer la manière de vivre des gens, leur manière de voter, de penser,… Évidemment, cela existe déjà aujourd’hui (pauvres de nous) mais c’est multiplié par 100 avec EGO. D’ailleurs Maxime Girardeau le dit lui-même : la thématique de ce roman c’est la manipulation. Personnellement, en tant que lectrice, j’adore être manipulée !

Je regrette de ne plus m’être souvenue de ce qui se passait dans Persona, ça m’aurait aidée à comprendre certains liens entre les personnages. Il est donc préférable d’avoir lu Persona avant de se plonger dans ce roman. Mais ça n’empêche pas la compréhension globale.

Je termine par un grand bravo à Maxime Girardeau, car il a su capter mon attention et la maintenir jusqu’à la dernière page, grâce à son intrigue palpitante et à des personnages très attachants.

En un mot

Je ne peux que vous conseiller cette lecture, un roman bien plus réussi que le précédent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :