Les Monstres – Maud MAYERAS

Ce roman a été choisi pour la lecture du mois de juin de La ligue du Polar, un rendez-vous que j’ai créé avec Mouffette_Masquee sur Instagram. Je vous invite à y participer, c’est un bookclub donc on lit un livre choisi et on en discute lorsque tout le monde l’a lu. C’est pas prise tête !

Bref, ce roman a été sélectionné et je dois dire que j’en ai été très contente parce que j’avais très envie de le lire. Le résumé est très intriguant et les avis unanimes : c’est un très bon livre. Pourra-t-on répondre à la question posée sur la couverture : séquestrés depuis toujours, que feront-ils si la porte s’ouvre ?

Voici mon avis sur Les Monstres, de Maud Mayeras.

Résumé de l’éditeur

Ils vivent dans un « terrier ». Les enfants, la mère. Protégés de la lumière extérieure qu’ils redoutent. Sales et affamés, ils survivent grâce à l’amour qui les réchauffe et surtout grâce à Aleph, l’immense, le père, qui les ravitaille, les éduque et les prépare patiemment au jour où ils pourront sortir. Parce que, dehors, il y a des humains.

Parce qu’eux sont des monstres et que, tant qu’ils ne seront pas assez forts pour les affronter, ils n’ont aucune chance.

Mais un jour Aleph ne revient pas, un jour les humains prédateurs viennent cogner à leur porte. Alors, prêts ou pas, il va falloir faire front, sortir, survivre.

Pendant ce temps, dans une chambre d’hôpital, un homme reprend conscience. Une catastrophe naturelle sème la panique dans la région. La police, tous les secours, sont sur les dents. Dans ce chaos, l’homme ne connaît qu’une urgence : regagner au plus vite la maison où on l’attend.

Mon avis

Les monstres, ce sont les membres d’une famille, une mère et ses deux enfants, qui vivent dans le « terrier ». Ils sont coupés du monde extérieur, ne voient ni les gens, ni la lumière du jour, et leurs journées sont rythmées par les allées et venues du « père » Aleph, qui les nourrit, les habille de temps en temps, mais surtout les maltraite.

Un jour Aleph a un accident et doit être hospitalisé, et une crue menace la maison dans laquelle il a séquestré les monstres. Comment vont-ils pouvoir vivre sans lui ? Sauf que les monstres réussissent à sortir. Ils sont alors lâchés dans un monde qu’ils ne connaissent pas, auquel ils ne sont pas prêts, un monde qui n’est pas non plus prêt à les accepter.

On est tout de suite mis dans le bain poisseux de cette histoire noire, aussi noire que l’esprit d’Aleph. On ne sait pas trop pourquoi cet homme a vrillé et a décidé d’enfermer une femme et ses enfants dans sa cave, excepté qu’il veut créer des êtres parfaits qui ne seront pas corrompus par le monde extérieur, un monde qui l’a déçu. Finalement le pourquoi et le comment ne nous intéresse pas trop ici. C’est le résultat qui compte : comment des enfants élevés en captivité dans la peur des autres, peuvent réagir au monde duquel ils ont été cachés ?

Ce roman se lit très vite, c’est poisseux, glauque à souhait, ça colle aux doigts, ça colle à l’âme, ça transpire la folie et le malaise. Maud Mayeras arrive à nous faire ressentir de la gêne, du dégoût devant ces enfants et surtout cet homme déséquilibré, avec une écriture directe, sans chichis. C’est superbement sordide.

En un mot

Un roman réussi à mon sens. Petit bémol sur les extraits de contes enfantins qui alternent avec la narration ; ça ne m’a pas paru indispensable.

2 commentaires sur “Les Monstres – Maud MAYERAS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :