Dragon rouge – Thomas HARRIS

Il y a une bonne vingtaine d’années j’ai lu la saga Hannibal Lecter, le fameux docteur cannibale. Et là, déballer mes vieux cartons de livres et re-découvrir des bouquins dont j’avais oublié l’existence m’a donné envie d’en re/lire certains, dont la saga Hannibal le cannibale. En fait je n’ai que Le Silence des Agneaux et Hannibal en version papier, et le premier tome en version ebook. J’ai décidé de me replonger dans cette saga, moi la végétarienne.

Voici donc mon avis sur Dragon rouge, de Thomas Harris.

Résumé de l’éditeur

À un mois d’intervalle, deux familles entières sont massacrées à leur domicile, l’une à Birmingham, l’autre à Atlanta. Jack Crawford, chef du département des Sciences du comportement du FBI, charge Will Graham de trouver celui que la presse a baptisé « le Dragon rouge ». Par le passé, Graham a montré une aptitude incroyable à se mettre dans la peau d’un psychopathe en arrêtant le Dr. Hannibal Lecter, un assassin bestial. Il consulte donc Lecter, désormais emprisonné à vie, pour comprendre et analyser les comportements du tueur. Il constate qu’il a sévi la première fois un soir de pleine lune, et la seconde un jour avant la fin du mois lunaire. Le FBI a donc un peu plus de trois semaines pour mettre fin à ce carnage.

Dans ce premier roman, Harris met en place les protagonistes que l’on retrouve dans Le Silence des agneaux, puis dans Hannibal.

Mon avis

Autant le dire tout de suite, dans ce premier livre, la présence d’Hannibal Lecter est anecdotique. On ne le croise que 2 ou 3 fois, mais ça n’empêche pas le lecteur de ressentir son aura maléfique et surtout l’extrême pouvoir psychologique qu’il a sur Will Graham, l’enquêteur du FBI qui est a la recherche du Dragon rouge.

Ce tueur, le Dragon rouge aussi appelé par son petit nom la Mâchoire, a vraiment, vraiment un grain. En même temps avec son enfance dépeinte dans le livre, où il est sous l’emprise d’une grand-mère acariâtre et cinglée, pas étonnant que Francis Dolarhyde n’ait pas la lumière allumée a tous les étages… si vous voyez ce que je veux dire. Francis est persuadé d’être en train de se transformer en Dragon, après avoir vu l’aquarelle de William Blake, le Grand Dragon rouge et la Femme vêtue de soleil pour laquelle il voue un culte malsain.

Le Grand Dragon Rouge et la Femme vêtue de Soleil – William Blake, 1805-1810.

On alterne dans ce livre entre des passages passionnants et très intéressants, et des passages un peu en dessous, plus longs et ennuyeux. Du coup ça donne un rythme de lecture inégal et pas forcément très dynamique. Dans mes souvenirs j’avais adoré ce livre. Là je l’ai bien aimé, sans plus. Il faut dire qu’il a été écrit dans les années 80, et qu’entre temps il y a eu des Thilliez, des Köping et autres Gilberti, le niveau de gore et de noir a donc évolué avec les années. Écrit aujourd’hui, le roman aurait peut-être une autre saveur.

En un mot

J’ai tout de même bien aimé cette lecture, qui annonce la présence plus importante de Dr Lecter dans le tome 2, le Silence des Agneaux. Mais je trouve que l’histoire a mal vieillit, même si le personnage de Francis Dolarhyde a bien été ficelé.

2 commentaires sur “Dragon rouge – Thomas HARRIS

  1. C’est vrai que la saga a pas mal vieilli (et c’est pour ça que j’ai vite décroché du troisième tome) mais certains passages restent bien gravés dans ma mémoire pour leur violence et leur folie.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :