Crénom, Baudelaire ! – Jean TEULE

Ah, ce que j’aime Jean Teulé, cet écrivain à la gouaille si particulière. J’ai lu quelques uns de ses romans, et j’apprécie plus particulièrement ceux qui parlent de faits historiques. Le Montespan et Charly 9 sont vraiment excellents. Mais ne vous méprenez pas : sous le vernis humoristique, les jurons, la plume truculente de Teulé, le fond est sérieux et on apprend des choses. Suite à ma lecture du roman, j’ai eu la chance de participer à une édition de VLEEL avec l’auteur, à qui j’ai pu poser une question ! Un moment très agréable et suspendu dans le temps.

Voici mon avis sur Crénom, Baudelaire !, de Jean Teulé.

Résumé de l’éditeur

Si l’oeuvre éblouit, l’homme était détestable. Charles Baudelaire ne respectait rien, ne supportait aucune obligation envers qui que ce soit, déversait sur tous ceux qui l’approchaient les pires insanités. Drogué jusqu’à la moelle, dandy halluciné, il n’eut jamais d’autre ambition que de saisir cette beauté qui lui ravageait la tête et de la transmettre grâce à la poésie. Dans ses vers qu’il travaillait sans relâche, il a voulu réunir dans une même musique l’ignoble et le sublime. Il a écrit cent poèmes qu’il a jetés à la face de l’humanité. Cent fleurs du mal qui ont changé le destin de la poésie française.

Mon avis

Je vous vois venir : mais c’est ni un thriller, ni un polar ! Et elle le lit quand même ?! Bah oui, y a certains livres de littérature blanche que je lis avec autant de plaisir qu’un bon thriller. Faut pas mourir idiot, que voulez-vous !

Ce livre ne déroge pas à la règle : Jean Teulé arrive à faire vivre un personnage du passé comme s’il venait de notre présent, avec du langage grossier et fleuri, et même des expressions d’aujourd’hui. Je ne connaissais Baudelaire que de nom et avec quelques poèmes les plus célèbres comme l’Albatros ou le Serpent qui danse. Mais je n’ai jamais lu Les Fleurs du Mal, et j’étais loin d’imaginer quel connard il pouvait être ! C’était un sale type qui adorait emmerder son monde, tout le temps négatif, dépressif, misogyne, drogué, excentrique, sado-maso… N’en jetez plus ! Jean Teulé a expliqué qu’il avait toujours refusé d’écrire sur Baudelaire car, autant il adorait ses poèmes, autant il détestait l’homme. Et ça se comprend !

Mais la force et le génie de Teulé, c’est qu’au fil des pages, on se prend d’affection pour Charles Baudelaire, qui a eu une enfance un peu dysfonctionnelle, et qui est mort assez tristement. Malgré son caractère détestable, Baudelaire était un génie dont les poèmes sont magnifiques et font partie du patrimoine littéraire français.

En un mot

Un roman divertissant sur un personnage haut en couleurs. J’ai eu beaucoup de plaisir à le lire et à découvrir des facettes de Baudelaire qui sont le plus souvent ignorées dans les biographies et les manuels scolaires.

Un commentaire sur “Crénom, Baudelaire ! – Jean TEULE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :