Les cicatrices – Claire FAVAN

Deuxième roman de Claire Favan que je lis ; elle est pourtant incontournable chez les lecteurs de thrillers. Il va falloir que je remédie à cela. Elle est spécialiste des thrillers psychologiques, un genre qui n’a pas ma préférence mais dont quelques uns m’ont tout de même laissé un magnifique souvenir, à l’instar de Dans son silence d’Alex Michaelides.

Voici mon avis sur Les cicatrices, de Claire Favan.

Résumé de l’éditeur

Centralia, État de Washington. La vie d’Owen Maker est une pénitence. Pour s’acheter la paix, il a renoncé à toute tentative de rébellion.

En attendant le moment où il pourra se réinventer, cet homme pour ainsi dire ordinaire partage avec son ancienne compagne une maison divisée en deux. Il est l’ex patient, le gendre idéal, le vendeur préféré de son beau-père qui lui a créé un poste sur mesure. Un type docile. Enfin, presque. Car, si Owen a renoncé à toute vie sociale, il résiste sur un point : ni le chantage au suicide de Sally ni les scènes qu’elle lui inflige quotidiennement et qui le désignent comme bourreau aux yeux des autres ne le feront revenir sur sa décision de se séparer d’elle.

Mais, alors qu’une éclaircie venait d’illuminer son existence, Owen est vite ramené à sa juste place. Son ADN a été prélevé sur la scène de crime d’un tueur qui sévit en toute impunité dans la région, et ce depuis des années. La police et le FBI sont sur son dos. L’enfer qu’était son quotidien n’est rien à côté de la tempête qu’il s’apprête à affronter.

Mon avis

Même si les thrillers psychologiques ne sont pas mes livres préférés, je sais les apprécier lorsqu’ils sont bien écrits. Et c’est le cas avec ce roman qui m’a littéralement happée. Ce roman, mes amis, est totalement captivant, hypnotisant, envoûtant, impossible à lâcher. Je ne sais pas comment Claire Favan a réussi son coup, mais j’ai été plongée dans cette intrigue de malade.

L’autrice nous balade, nous manipule à l’instar de son personnage principal Owen Maker. Il vit sous le même toit que son ex-femme totalement cinglée, il subit sa jalousie, son obsession pour lui, et en plus son patron est son beau-père qui défend évidemment sa fille. Il est franchement à claquer tellement il est faible. Puis en fait on a pitié de lui, parce que le sort s’acharne et sa vie devient encore plus merdique. Mais finalement peut-être qu’on fait fausse route….

Claire Favan se moque de nous, et on en redemande ! On est menés par le bout du nez mais c’est tellement excitant de tourner les pages d’un roman qui nous maltraite. J’arrête là, vous aurez compris que j’ai kiffé ce roman, j’ai même frôlé le coup de cœur. Décidément, je dois parfaire ma culture Claire Favanesque.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :