A l’hôtel Bertram – Agatha CHRISTIE

Le challenge #readchristie2022 continue et le thème du mois de juillet était : une histoire qui se déroule pendant les vacances. J’ai choisi de lire ce roman, qui fait partie de la saga Miss Marple, que je n’ai encore jamais lue. Elle vient ici en vacances pendant une semaine dans un hôtel prestigieux qui sent bon la naphtaline. Mais les apparences sont parfois trompeuses…

Voici mon avis sur A l’hôtel Bertram, d’Agatha Christie.

Résumé de l’éditeur

Ah ! Les muffins de l’hôtel Bertram…
Ils n’ont pas leur pareil. Non plus que le thé, le personnel stylé et les clients, ladies respectables, ecclésiastiques et officiers en retraite qui viennent y retrouver l’atmosphère d’antan… Vraiment, l’hôtel Bertram est plus victorien que nature, et Miss Marple se réjouit d’y passer une semaine. Et pourtant, quelques détails la troublent : cette jeune fille, Elvira, qui s’est amourachée d’un pilote de course peu recommandable, sa mère, une aventurière décidée, et ce pauvre chanoine Pennyfather qui disparaît…
Il est bien étourdi, mais tout de même… Décidément, tout n’est peut-être pas aussi paisible et feutré qu’il y parait… à l’hôtel Bertram.

Mon avis

C’est donc la première fois que je rencontre Miss Marple, Jane de son petit nom, une charmante dame âgée qu’on qualifie de détective en fauteuil. C’est-à-dire qu’elle résout les affaires sans réellement enquêter comme le ferait un policier, donc elle n’interroge pas les témoins, elle ne va pas sur la scène de crime, n’examine pas le cadavre, etc. Elle suit sa propre logique, en se basant essentiellement sur son ressenti et les protagonistes eux-mêmes. C’est différent dans Hercule Poirot puisque les crimes se déroulent à chaque fois à l’endroit même où se trouve le détective belge, et il interroge tous les protagonistes lui-même.

L’hôtel Bertram est un hôtel de haut standing qui rappelle l’Angleterre édouardienne, on y trouve donc tentures, velours, gentlemen en hauts de forme, vieilles ladies qui prennent le thé, vous voyez le tableau. Toutefois Miss Marple trouve que quelque chose cloche, mais elle n’arrive pas à mettre le doigt dessus. Le mystère s’épaissit encore plus lorsque le chanoine Pennyfather, qui souffre visiblement d’un début d’Alzheimer, disparaît puis réapparaît complètement perdu. Et puis évidemment il y a un meurtre.

Il y a énormément d’informations dans ce roman, l’intrigue ainsi que les personnages et leurs histoires respectives sont denses, il faut donc bien suivre pour ne pas perdre le fil. C’est très bien écrit, bien construit, comme d’habitude avec Agatha Christie, et le dénouement m’a surprise. J’ai également bien aimé l’approche de Miss Marple, totalement différente de celle d’Hercule Poirot.

Un commentaire sur “A l’hôtel Bertram – Agatha CHRISTIE

  1. Pingback: Le major parlait trop – Agatha CHRISTIE | La Papivore

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :