Un cri sous la glace – Camilla GREBE

41jowxfy2pl._sx210_

Je ne connaissais pas Camilla GREBE avant de lire ce livre. Il faut dire que les auteurs scandinaves sont très nombreux dernièrement, et pratiquement tous sont auteurs de thrillers et polars : à croire qu’en Suède ou en Norvège, il y a des gènes communs pour les histoires de meurtres et d’enquêtes de police ! Blague à part, Un cri sous la glace est un très bon livre, même si le dénouement m’est apparu 200 pages avant la fin. C’est un vrai page-turner que j’ai lu en trois jours, avec avidité.

camilla_grebe_at_göteborg_book_fair_2013_02

Quel est le lien entre le meurtre d’un homme 10 ans auparavant et celui d’une jeune femme dans la maison cossue d’un chef d’entreprise qui a mystérieusement disparu ? Le modus operandi est le même, le cadavre est décapité, la tête ostensiblement posée par terre, le regard tourné vers la porte d’entrée. 10 ans séparent ces deux crimes et pourtant l’équipe de Peter Lindgren est persuadée qu’il s’agit du même meurtrier.

Ce polar est écrit à la première personne mais chaque chapitre est un point de vue différent. On alterne ainsi entre Emma, la jeune employée de prêt-à-porter qui vit une belle histoire d’amour avec son patron Jesper Orre, relation qui doit rester secrète au vu de la notoriété de monsieur ; Peter, le flic qui mène l’enquête, séparé de sa femme, ignorant son fils de 15 ans ; et Hanne, psychologue comportementaliste – profiler en d’autres termes – qui aide la police sur les deux meurtres. Elle a un début d’Alzheimer, mais ne veut pas se laisser vaincre par ses pertes de mémoire, déteste son mari, se laisse un peu aller physiquement, mais finalement cette nouvelle enquête lui fait du bien, et elle prend de nouvelles résolutions.

Emma, elle, vient de perdre sa mère, ce qui la laisse désemparée et sans repères. Elle n’a pas beaucoup d’argent et son histoire avec son riche patron est la seule chose qui lui fasse tenir le coup. Quant à Peter, mais quel connard ce type ! C’est un homme qui approche la cinquantaine et qui fuit toute forme de responsabilité et d’engagement ! Il m’a franchement agacée ce personnage.

J’ai beaucoup apprécié ce roman. Camilla Grebe a une écriture efficace, et j’ai remarqué qu’elle utilise beaucoup les odeurs dans ses descriptions (elle doit d’ailleurs avoir un problème avec l’odeur de la transpiration !), c’est quelque chose qui renvient régulièrement au fil des pages. J’ai hâte de lire son deuxième roman, Le journal de ma disparition.

NOTE :4

Emma, jeune Suédoise, cache un secret : Jesper, le grand patron qui dirige l’empire dans lequel elle travaille, lui a demandé sa main. Il ne veut cependant pas qu’elle ébruite la nouvelle.
Deux mois plus tard, Jesper disparait sans laisser de traces et l’on retrouve dans sa superbe maison le cadavre d’une femme, la tête tranchée, que personne ne parvient à identifier.
Peter, policier émérite, et Hanne, profileuse de talent, sont mis en tandem pour enquêter. Seul hic, ils ne se sont pas reparlés depuis leur rupture amoureuse dix ans plus tôt. Et Hanne a aussi un secret : elle vient d’apprendre que ses jours sont comptés.

S’ensuit un double récit étourdissant où chaque personnage s’avère cacher des zones d’ombres. À qui donc se fier pour résoudre l’enquête ?

4 commentaires sur “Un cri sous la glace – Camilla GREBE

  1. Ping : Bilan 2019 #1 – JANVIER | La Papivore

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :