Les vacances d’Hercule Poirot – Agatha CHRISTIE

J’ai tenté en vain de faire un arrangement artistique pour la photo… mais c’est ridicule, ‘scusez-moi.

Les éditions Le Livre de Poche ont lancé un challenge sur Instagram pour les 6 prochains mois. Il s’intitule #JeLisAgathaChristie, et il consiste en lire un livre par mois de juillet à décembre. Pour le mois de juillet c’est donc Les Vacances d’Hercule Poirot, un livre que je n’avais pas encore lu malgré mon amour inconditionnel pour Agatha Christie. C’est maintenant chose faite, grâce au Livre de Poche.

Résumé de l’éditeur

Hercule Poirot aimerait bien passer des vacances tranquilles. Une petite île, un hôtel agréable, une cuisine soignée, des pensionnaires charmants. Tout irait pour le mieux si, au milieu des estivants, ne tournait Arlena Marshall, une de ces femmes fatales qui font perdre la tête aux hommes. Mais était-ce une raison pour l’étrangler ?

Hercule jamais tranquille

Et non, le détective belge n’est jamais tranquille car où qu’il aille un crime a lieu, et il ne peut s’empêcher de faire fonctionner ses petites cellules grises pour le résoudre.

Là, donc, Hercule est en vacances sur une petite île où il séjourne dans un petit hôtel, parmi plusieurs hôtes. Si vous connaissez Agatha Christie, vous savez qu’elle crée toujours une galerie de personnages hauts en couleur, ou au contraire totalement effacés, mais qui ont tous une bonne tête de suspect.

Quant au crime, plutôt classique : une jeune femme fatale est tuée sur la plage, étranglée. Parmi les suspects les plus plausibles : son mari cocu, son amant amoureux fou, la femme de ce dernier jalouse, ou bien serait-ce l’amie de toujours du mari, histoire d’éliminer une rivale ? Vous voyez, du classique. Mais comme toujours avec Agatha Christie, on n’est pas au bout de nos surprises…

Parce qu’au final, moi ce qui me plait dans les aventures d’Hercule Poirot, ce n’est pas le crime en lui-même, mais la manière dont le détective belge fait des déductions sur de simples observations. Ici, il fait encore preuve de maestria quand il arrive à résoudre l’enquête sur de simples éléments qui, au départ, n’ont aucun lien, mais lorsqu’il assemble le puzzle, tout s’éclaire. Et là, en général, je me dis : mais pourquoi je n’y ai pas songé avant ?! Parce que j’ai beau en avoir lu pas mal, j’ai beau essayer de faire attention à chaque détail, connaître le fonctionnement d’Hercule Poirot… J’arrive toujours à être bluffée.

En un mot

Encore une belle enquête d’Hercule Poirot, mais pas parmi les meilleures cependant. Merci au Livre de Poche d’avoir pensé à ce challenge : c’est toujours un plaisir de se replonger dans les classiques du genre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :