La cave aux poupées – Magali COLLET

Nouvelle publication des éditions Taurnada, et nouveau succès pour moi. Que dis-je, un succès… Un COUP DE CŒUR ! Oui, décidément cette maison d’édition ne me déçoit jamais. Voici mon avis sur La cave aux poupées, de Magali Collet (sortie le 19 mars).

Résumé de l’éditeur

Manon n’est pas une fille comme les autres, ça, elle le sait depuis son plus jeune âge.
En effet, une fille normale ne passe pas ses journées à regarder la vraie vie à la télé.
Une fille normale ne compte pas les jours qui la séparent de la prochaine raclée monumentale…
Mais, par-dessus tout, une fille normale n’aide pas son père à garder une adolescente prisonnière dans la cave de la maison.

Mon avis

Je préviens tout de suite, je vais être très enthousiaste dans ma chronique.

C’est l’histoire de Manon, une jeune femme qui a 22 ans, mais qui s’exprime et a le même niveau de maturité qu’une petite fille de 8 ou 9 ans. Et pour cause, sa maman est morte quand elle avait cet âge-là ; du coup, psychologiquement elle s’est arrêté de grandir. On peut même dire que Manon est morte à 9 ans. Depuis elle vit avec le Père, un être tyrannique qui passe toutes ses pulsions sur elle. Toutes. Et à 14 ans, Manon elle tombe enceinte de son Père et accouche d’un petit garçon. Mais le Père, il n’aime pas les garçons, alors il lui enlève ce bébé. Manon est morte une seconde fois à 14 ans. A partir de ce jour, le Père évacue sa violence sur elle, et ses pulsions sexuelles il les passe sur des jeunes filles qu’il enlève et qu’il enferme dans sa cave. Toujours 2 par 2. Et c’est Manon qui s’occupe d’elles. Un jour, Camille, détenue dans la cave, décide de ne pas accepter son sort, et parle avec Manon. Elles deviennent amies, s’offrent des parenthèses de joie dans cette maison de l’horreur.

Ce livre est dur, violent, révoltant, dégoûtant, mais à la fois beau et touchant. Quand on le lit, on déteste l’espèce humaine (une certaine espèce – les pères incestueux et violents en l’occurrence), on déteste l’Homme, mais en même temps, on se réjouit de la moindre preuve, même infime, d’humanité que l’on peut croiser au fil des pages. C’est comme s’enthousiasmer d’une fleur magnifique qui pousse au beau milieu d’une grosse merde bien dégueulasse (excusez mon langage…). Cette fleur, cette humanité, est aussi vibrante que la merde est puante, tellement lumineuse et pleine d’espoir que ça m’a tiré quelques larmes.

Ce livre est beau, puissant. Vraiment. Il est très bien écrit, les mots sont justes, cash, le rythme est là, l’atmosphère est malsaine à souhait, lourde et pesante. Un très beau et bon premier roman pour cette autrice que je vais suivre avec énormément d’intérêt.

En un mot

Un coup de cœur à 200%, un livre qui m’a donné des frissons, et encore plein d’autres émotions. Bravo Magali Collet et merci Taurnada !

2 commentaires sur “La cave aux poupées – Magali COLLET

Répondre à Collet Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :