L’Empathie – Antoine RENAND

Voilà un exemple flagrant d’un choix de lecture guidé par Instagram, et plus précisément par l’excellent Thomas du blog Tomabooks. C’est le premier livre d’Antoine Renand, scénariste et metteur en scène qui s’essaye à l’écriture avec l’Empathie, publié chez La Bête noire de Robert Laffont.

Résumé de l’éditeur

Vous ne dormirez plus jamais la fenêtre ouverte.

« Il resta plus d’une heure debout, immobile, face au lit du couple. Il toisait la jeune femme qui dormait nue, sa hanche découverte. Puis il examina l’homme à ses côtés. Sa grande idée lui vint ici, comme une évidence ; comme les pièces d’un puzzle qu’il avait sous les yeux depuis des années et qu’il parvenait enfin à assembler. On en parlerait. Une apothéose. »

Cet homme, c’est Alpha. Un bloc de haine incandescent qui peu à peu découvre le sens de sa vie : violer et torturer, selon un mode opératoire inédit. Face à lui, Anthony Rauch et Marion Mesny, capitaines au sein du 2e district de police judiciaire, la « brigade du viol ». Dans un Paris transformé en terrain de chasse, ces trois guerriers détruits par leur passé se guettent et se poursuivent. Aucun ne sortira vraiment vainqueur, car pour gagner il faudrait rouvrir ses plaies et livrer ses secrets. Un premier roman qui vous laissera hagard et sans voix par sa puissance et son humanité.

Un livre dur mais humain

Un homme, Alpha, escalade les immeubles jusqu’aux étages les plus hauts, s’introduit dans des appartements, tabasse l’homme du couple et l’oblige à le regarder violer sa femme. Celui qui mène l’enquête, c’est Anthony Rauch, alias la Poire, un homme aux multiples blessures et au passé brisé, qui va tout faire pour retrouver Alpha.

C’est un livre puissant, violent, qui fait réfléchir. On y parle de viol, de pédophilie, d’inceste ; évidemment ce sont des sujets extrêmement lourds mais ici ils sont nécessaires à l’histoire. Ce n’est pas gratuit : l’auteur ne colle pas un viol à chaque page dans l’optique d’être racoleur ou voyeur. Non. Les viols sont surtout là pur faire réfléchir : comment se reconstruit-on après avoir subi un tel acte ? Quel impact a le viol sur les victimes ? Sur les bourreaux ?

Le livre est extrêmement noir et dur, mais magnifique et profondément humain. Je n’ai pas pu le lâcher tellement j’étais prise dans l’histoire, dans toutes ces vies cabossées, meurtries, blessées. J’ai adoré les personnages et la façon dont Antoine Renand les a travaillés. Ils sont profonds, perturbés, vraiment très bien dessinés. Alpha est une ordure de la pire espèce mais connaissant son passé, peut-on totalement lui en vouloir ? Anthony Rauch est mystérieux, attachant, héroïque, mais lorsque l’on connaît son histoire, est-il si gentil ?

Voilà les questions que l’on se pose à la fin de la lecture. Plus qu’un thriller ou qu’un roman noir, c’est aussi un livre sur des questions de société, sur des sujets qu’il faut traiter.

Mon avis

C’est le premier livre d’Antoine Renand, un premier livre magistral. Mais dédié à un public averti, car les sujets sont pesants et certains passages dérangeants.

C’est un livre puissant, une vraie claque. Un véritable coup de cœur.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :