Te tenir la main pendant que tout brûle – Johana GUSTAWSSON

Johana Gustawsson, je l’aime énormément. Ses romans aussi, je les ai tous lus : Block 46, Mör et Sang, qui constituent la saga Emily Roy et Alexis Castells. Quand j’ai vu qu’elle publiait un nouveau roman j’ai évidemment voulu le lire. C’est maintenant chose faite.

Voici mon avis sur Te tenir la main pendant que tout brûle, de Johana Gustawsson.

Résumé de l’éditeur

Lac-Clarence, Québec, 2002. Maxine Grant, inspectrice et mère célibataire dépassée, est appelée sur une scène de crime affreuse. L’ancienne institutrice du village, appréciée de tous, a massacré son mari, le lardant de coups de couteau.

Paris, 1899. Lucienne Lelanger refuse d’admettre la mort de ses filles dans un incendie. Elle intègre une société secrète dans l’espoir que le spiritisme et la magie noire l’aideront à les retrouver.

Lac-Clarence, 1949. La jeune Lina vit une adolescence mouvementée. Pour la canaliser après l’école, sa mère lui impose de la rejoindre à la Mad House, la maison de repos où elle travaille. Lina y rencontre une étrange patiente, qui lui procure des conseils pour le moins dangereux…

Mon avis

Quatrième roman de Johana Gustawsson. Je l’ai dévoré en une journée, et c’était pas gagné parce qu’il ne faisait pas beau donc les enfants sont restés enfermés à la maison.

On y retrouve la signature de l’autrice, à savoir une intrigue ancrée dans l’Histoire, et en trame de fond la question de la maternité.

Il y a 3 arcs narratifs, 3 histoires apparemment indépendantes, qu’on imagine qu’elles vont se lier entre elles mais comment ?

On rencontre donc Maxine, en 2002, elle a une fille de 17 ans et un petit garçon qui est bébé, elle est veuve depuis quelques mois. On lui attribue une enquête a son retour de congé maternité : son ancienne institutrice a poignardé son mari 31 fois. Dans la maison sont retrouvées sept mains momifiées sous des cloches en verre.

On rencontre ensuite Lina en 1949, une jeune fille harcelée par ses camarades de classe, qui se lie d’amitié avec une vieille femme dans la maison de repos où sa mère travaille.

Enfin il y a Lucienne en 1899, une québécoise qui vit à Paris suite à son mariage arrangé. Elle perd ses deux petites filles dans l’incendie de leur maison.

Ces trois femmes sont des personnages forts, comme Johana Gustawsson sait si bien le faire. Et la façon dont elle arrive à imbriquer les trois histoires est tout simplement géniale. Elle nous prend par la main pour nous guider dans ces histoires, sans qu’on ne perde jamais le fil malgré les allers-retours dans le temps. J’ai même versé ma larme, tellement j’étais prise dans le roman.

Vous l’avez donc compris, c’est un coup de cœur.

3 commentaires sur “Te tenir la main pendant que tout brûle – Johana GUSTAWSSON

  1. Pingback: Te tenir la main pendant que tout brûle de Johana Gustawsson – Les Lectures de Maud

Répondre à Nath - Mes Lectures du Dimanche Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :