Reporter criminel – James ELLROY

Mouais… Pas génial… Alors que ça aurait pu l’être grâce au sujet : deux faits divers intéressants. Le meurtre sauvage de deux jeunes filles colocataires à New York, et celui de l’acteur Sal Mineo à Hollywood. C’est mon premier James Ellroy. Je le connaissais de nom, mais je savais qu’il était coutumier des livres pavés et très noirs. Et ce livre fait figure d’exception puisqu’il ne fait que 203 pages.

Les mille et une vies de Billy Milligan – Daniel KEYES

Ce livre a été pour moi un coup de cœur. C’est l’histoire vraie d’un homme qui a 24 personnalités dans sa tête, et chacune prend l’ascendant selon la situation. On peut ainsi trouver une brute yougoslave, un dandy anglais, un enfant, ou encore une femme timide. Et lorsque la personnalité est sous le projecteur, elle prend le contrôle du corps de Billy Milligan ; il adopte donc les gestes, les mots et même l’accent de la personnalité.

Gwendy et la boîte à boutons – Stephen KING

C’est une petite nouvelle sympathique mais sans plus. Il ne faut pas s’attendre à du Stephen King version épouvante. Non. Ici, c’est une histoire sous forme de morale du style « un grand pouvoir implique de grandes responsabilités ».